logo

Modalités d'entrée au Royaume-Uni après le Brexit, tout ce qu'il faut savoir...

Si vous organisez un voyage scolaire en Grande-Bretagne ou en Irlande du Nord avec vos élèves dont le départ est fixé après le 29 mars 2019, vous vous posez surement des questions sur le Brexit et ses conséquences, notamment en ce qui concerne les modalités d’entrée sur le territoire du Royaume-Uni : faudra-t-il un passeport ou une carte d’identité ? faudra-t-il un visa ?

A ce sujet, on lit à peu près tout et son contraire, y compris dans les différentes notes et circulaires plus ou moins officielles qui circulent de-ci de-là… Nous éclaircissons le sujet et répondons à vos questions.

Mise à jour du 11/02/2019

Le site du ministère des affaires étrangères a été mis à jour. Les informations sont désormais concordantes avec celles fournies par le Gouvernement Britannique :

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/royaume-uni/#entree

 

Article du 04/02/2019

La date officielle fixée pour le Brexit est le 29 mars 2019 et de nombreux sujets semblent encore en suspens. Entre autres, les incertitudes quant aux modalités de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne ont évidemment de quoi vous inquiéter.
Vous avez préparé le projet de séjour, mobilisé votre Chef d’Établissement et votre Gestionnaire, contacté divers organismes de séjour, étudié les devis, occupé le Conseil d’Administration, motivé les élèves, sensibilisé les parents… Beaucoup de temps et d’énergie. Or, le Brexit, avec son issue incertaine, risque de menacer le travail que vous avez accompli dans l’intérêt du projet que vous portez pour et avec vos élèves. Les parents commencent également à vous questionner et c’est légitime de leur part, d’autant qu’on lit et entend autant d’informations discordantes qu’il y a de médias. Vous-même, vous avez pu recevoir différentes informations sur le sujet…

Voici ce qu’il faut savoir en date du 4 février 2019 sur un des principaux sujets en lien avec le Brexit, à savoir les modalités de circulation des personnes entre l’Europe Continentale et le Royaume-Uni.

D’un côté, selon le site www.diplomatie.gouv.fr, il y a deux scénarios possibles :

  • Si un accord est ratifié entre l’UE et le Royaume-Uni : « les formalités aux frontières restent inchangées, les élèves pourront voyager avec carte d'identité ou passeport », comme actuellement.
  • Si aucun accord n'est ratifié entre l’UE et le Royaume-Uni, ce que l’on nomme par ailleurs hard-Brexit : « le voyageur devra être muni d’un passeport et pourra être soumis à une obligation de visa, en fonction d’une décision qui sera prise par le gouvernement britannique. A ce stade, le gouvernement britannique a fait part de son intention de ne pas soumettre les ressortissants européens à une obligation de visas pour les courts séjours. ».

D’un autre côté, le site www.visitbritain.com/fr/fr, nous dit que « les ressortissants de l'UE pourront continuer à voyager avec des cartes d'identité à jour, jusqu'en 2021 au moins » et que « les citoyens des États membres actuels de l'UE continueront à pouvoir se rendre au Royaume-Uni sans visa. ».

Un véritable bras de fer de communication diplomatique…

Ceci étant, rappelons certains faits :

  • Le Royaume-Uni accueille chaque année environ 35 millions de visiteurs touristiques.
  • Plus de 20 millions de ces visiteurs sont originaires de l’Union Européenne, dont plus de 4 millions de Français (le plus gros contingent, soit dit en passant...)
  • L’industrie du tourisme au Royaume Uni représente plus de 78 milliards de dollars, soit 3% du PIB du pays, ce qui est loin d’être négligeable.
  • Le choix des modalités d’entrée sur le territoire du Royaume Uni relève uniquement de l’autorité du Gouvernement Britannique et non du pays d’origine du visiteur.

Imposer des mesures strictes d’entrée sur le territoire britannique (passeport obligatoire, visa…) aux visiteurs en provenance de l’Union Europééenne réduirait donc mécaniquement leur nombre ; au moins de moitié (si ce n’est plus) dans un premier temps et de façon très brutale. L’impact sur l’économie du pays, et notamment à Londres, de loin la ville la plus visitée, serait ainsi colossal !

Une telle décision relevant uniquement de l’autorité du Gouvernement Britannique, il nous semble donc très peu probable que le Royaume-Uni durcisse ses règles en matière d’entrée sur son territoire pour les visiteurs Européens après le 29 mars, qu’il y ait accord ou non avec l’UE sur le Brexit. Malgré cela, il reste une probabilité (certes faible) que la tension des relations diplomatiques entre l’UE et le Royaume-Uni puisse mener à une décision opposée, certes contre-productive mais hautement symbolique. Aucune éventualité n’est donc à écarter totalement.

Nous vous conseillons donc de vous rendre régulièrement sur le site www.diplomatie.gouv.fr pour vérifier les modalités de franchissement des frontières du Royaume-Uni.

Cependant, dans pareil situation l’information la plus fiable nous semble devoir être trouvée de l’autre côté de la Manche.
Voici ce que nous dit actuellement le Gouvernement Britannique sur son site www.gov.uk/eu-eea par le biais du règlement émis le 6 décembre 2018 par le Ministère du Brexit : « EU identity cards would remain valid for travel to the UK initially. Although there would be no immediate change, as we introduce the new UK immigration system from 1 January 2021, we would no longer guarantee that EU citizens will be able to use a national identity card to enter the UK. ».

Difficile de faire plus clair : une carte d’identité émise par un pays de l’UE suffira à entrer sur le territoire du Royaume-Uni jusqu’au 31 Décembre 2020. Pour information, l’intégralité du texte de ce règlement est disponible ici (texte en anglais).

Voilà qui devrait lever vos interrogations et vous fournir de quoi rassurer votre hiérarchie, les enfants et, évidemment, leurs parents. Nous restons cependant, vous vous en doutez, attentif à la situation et ne manquerons pas de vous tenir informé au cas où une nouvelle décision modifie les modalités d’entrée sur le territoire du Royaume-Uni.

© Horizons du Monde 2017. Tous droits réservés.